La belle Génoise

← Rouzig      ♦♦♦♦      Qui sommes nous ? →

La belle Génoise, M.T. Buhagiar, M.Broca.

Une version française de « la Belle Génoise » a été imprimé à Lyon comportant le roman historique mais aussi le journal de recherches de l’auteur.

Une version française sous le titre « L’épouse secrète de Husseïn 1er Bey de Tunis » a été imprimé en Tunisie par Finzi Usines graphiques.

Enfin, une version italienne intitulée « La Bella Genovese » a été édité à Gênes par les éditions Le Mani. Traduction réalisée par D.Gambino.

Les illustrations ,comme le livre, témoignent d’une réalité historiques. Elles sont donc réalisées d’après des documents, photographies ou peintures. Le choix de l’encre de Chine s’est imposé pour accompagner le texte sans toutefois le supplanter. Cependant quelques touches de couleurs rappellent les magnificences du palais.

Résumé

Ce livre retrace l’histoire de Maria Domenica Doria, fille du gouverneur de Tabarka, capturée à l’âge de 16 ans par un corsaire. Sa jeune sœur et son frère eux aussi capturés, la suivront dans ses péripéties.

Maria est livrée au harem du Bardo, puis devient la favorite de Husseïn 1er Bey de Tunis, sous le nom de Mannana. Elle lui donne ensuite un fils, son premier héritier mâle. Elle  se convertit alors à l’islam pour que l’enfant devienne l’héritier légitime. Puis d’autres garçons naîtront de cette union, ainsi que des filles, cinq enfant en tout.

Cependant 22 ans plus tard, elle réussit à s’échapper ainsi que sa sœur et son frère. Revenue à Gênes, son père la rejette pour des questions religieuses. Elle retrouve sa sœur mais celle-ci se fait abandonner enceinte par un coureur de dot. Néanmoins, héritant de sa mère, elle obtient son indépendance financière et administrative pour elle même ainsi que pour sa sœur.

Enfin elle prend le voile et passe alors plus de cinquante ans dans un couvent, où elle finira ses jours.

Elle est l’ancêtre des princes de la maison Husseinite (1705-1957)