Comment prendre des notes artistiques (et être efficace dans son travail)

Ma rencontre avec le sketchnoting

J’ai eu plusieurs fois l’occasion d’assister à des formations adultes avec des rapporteurs visuels. C’est assez à la mode de mixer images et textes pour résumer un échange, une formation, plutôt que d’avoir une simple retransmission textuelle. Cela ne m’avait pas apporté grand chose sur le moment. Mais l’aspect dessin m’avait titillé. Et j’ai complètement changé d’avis maintenant en découvrant le sketchnoting.

 

Trois oiseaux réalisés à partir de gribouillages. Le sketchnoting transformé en art.

C’est lors d’une autre formation Erasmus qu’une participante nous a initié au sketchnoting avec l’exercice du Chicken (la formation était en anglais). Faire un gribouillis puis à l’aide des signes de base  ·  —  >  , le transformer en poulet. Je n’ai pas pu assister à la suite de sa présentation, mais elle m’a donné envie d’en savoir plus sur cette technique. J’ai même réalisé des gravures à la pointe sèche selon le même principe.

Pour en savoir plus, j’ai lu le livre Apprendre avec le sketchnoting d’Isabelle Pailleau , Audrey Akoun , Philippe Boukobza aux éditions Eyrolles. Ce livre explique de manière très simple ce qu’est le sketchnoting, comment en faire et pourquoi s’en servir. Ça m’a donné envie de partager cette technique. J’ai pu la présenter lors d’un séjour avec des lycéens catalans venus perfectionner leur français.

Depuis, j’utilise le sketchnoting pour mon travail, pour mon administration, pour programmer un voyage, pour des notes sur un livre, un film ou toute information que je veux retenir. Je pense effectivement que cela peut-être utile à beaucoup de monde, adultes comme enfants. Je réalise des formations pour tous les âges, n’hésitez pas à me contacter.

Voici en résumé les principes, le vocabulaire graphique et les applications possibles.

 

Les principes du sketchnoting

Tout d’abord, la signification du mot.  En anglais, “sketch” signifie croquis et “noting” prendre des notes. C’est donc prendre des notes de manière créative. Intégrer le dessin au texte. Pourquoi perdre du temps à faire des petits dessins me diriez vous ? Tout simplement pour mieux apprendre.

Il a été prouvé que le cerveau retenait mieux des mots lorsqu’ils étaient associés à un dessin, même extrêmement simplifié. À cela s’ajoute le fait qu’on apprend mieux lorsqu’on prend des notes à la main qu’à l’ordinateur. En effet, lorsqu’on écrit à la main, cela fait travailler la mémoire et l’intelligence physique en plus des autres (auditive, visuelle…). Au contraire, sur ordinateur le geste est toujours le même, taper sur une touche.

La mémoire fonctionne par association et le sketchnoting offre plus d’associations que la prise de notes écrite ou à l’ordinateur. De plus, cette technique établit une hiérarchie visuelle des informations. Dans un texte en un coup d’œil, rien ne dépasse. Le sketchnoting en mettant des éléments en valeur va attirer le regard sur certaines choses. C’est le principe du graphisme.

Enfin, cela permet la libération de la créativité et de l’apprentissage : tout le monde peut le faire. Ce n’est pas de l’art mais bien la création et l’utilisation d’un vocabulaire graphique. Tout le monde connait les émoticônes (smiley), ils sont devenus des symboles graphiques. On pourrait dire qu’ils font parti du langage écrit. Le sketchnoting c’est faire une plus grande part à ce vocabulaire graphique.

 

Le vocabulaire graphique

    1.  Les formes basiques • — < ∫ O: le point, le trait, le guillemet, le cercle et la courbe. À l’aide de ces formes, toutes les autres sont possibles : le carré, le triangle, le cercle, des objets, des personnages…
    2. Les conteneurs [ ] : ils servent à encadrer des titres ou des informations importantes. Cela va du cadre à la bulle en passant par la pancarte.
    3. Les séparateurs —— °°°° ____ : des traits, des points, tout ce qui permet de créer des zones pour séparer des informations.
    4. Les listes à puces et à numéro °°° 123 +++  — *** : pour lister les informations importantes.
    5. Les flèches ← ↑ → ↓ ↔ ⇐ ⇑ ⇒ ⇔ : pour les relations entre les éléments.
    6. Les personnages 🙂 : pour exprimer des émotions, un nombre, une personne.
    7. L’écriture ABC abc abc : différentes écritures pour hiérarchiser la lecture.
    8. La mise en page : éclatée, traditionnelle, en spirale, pour une lecture fluide.
    9. La couleur :  pour égailler et prioriser certains éléments.

 

Les applications

Comme je l’ai expliqué en début, de plus en plus de formations utilisent le sketchnoting comme compte rendu. En même temps c’est la suite logique au power point avec des diapositives résumant certains faits (en couleurs et avec des effets !). Cela sert en compte rendus de réunions, ou en documents préparatoires.

Au niveau enseignement certains professeurs le mettent en place, par exemple pour l’apprentissage de langues étrangères, de leçons ou de poésies. Le fait de passer du temps à réfléchir à quelles informations garder, quelle hiérarchie réaliser entre les éléments, est déjà de l’apprentissage. À cela se rajoute le temps de l’exécution avec application, choix des typographies, des couleurs. Enfin la relecture est agréable et plus facile à lire donc à retenir.

Toutefois ce n’est pas facile de prendre des notes en direct en cours (certains y arrivent mieux que d’autres). Mais pour l’exécution de fiches de révisions, c’est une technique parfaite pour ça. Certains professeurs peuvent aussi être rétifs à des notes dessinées. Mais déjà souligner les titres de différentes couleurs est un début de sketchnoting. De même que de remplacer des mots pas des notes donc des symboles.

 

Quelques exemples de création

J’ai décidé de me faire un cahier de sketchnoting pour m’exercer régulièrement. J’y mets des notes sur des livres, des films, des informations que je veux retenir. Par exemple les odeurs suite à une animation à la tour des parfums de Mosset. Et la présentation d’un livre lors d’une conférence à la médiathèque du grand Narbonne.

Au fil de mes notes, je m’aperçois que j’utilise beaucoup le texte et la couleur. En fait je le faisais déjà dans mes prises de notes au collège, au lycée  et en études. Je vais essayer d’intégrer plus de dessin, mais cela vient aussi de ce que je prends en note.

J’ai pour projet de faire un post par semaine avec cette technique, mais j’en parlerai plus bientôt. En attendant vous pouvez toujours me suivre sur  Facebook sur Instagram ainsi que sur Pinterest.

 

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez accéder, modifier ou supprimer vos données personnelles en nous contactant.