Trois semaines pour un carnet de voyage

Comment m’est venue l’idée du carnet de voyage.

Il y a peu j’ai vu une amie de ma promo d’Émile Cohl (découvrez son travail ici). On a discuté matériel de dessin et elle m’a montré son carnet qu’elle trimballe toujours avec elle. Dedans se mêlent souvenirs de vacances, croquis, tests, et illustrations. Ça m’a donné envie immédiatement d’en réaliser dans le même style.

J’ai déjà beaucoup de carnets, mais ce sont plus des carnets de croquis. J’en ai aussi avec des pages détachables, pour avoir des œuvres séparées les unes des autres. Donc aucun avec une cohérence qui le rende intéressant en entier. Et ça tombait bien, j’avais un voyage de prévu.

 

 

En effet mon frère se mariait en Bretagne et j’avais décidé d’en profiter pour visiter un peu cette région et rendre visite à une partie de ma famille en Touraine. Quinze jours que je pouvais transcrire dans un carnet de voyage.

Sur la couverture j’ai représenté les villes visitées. Ça en fait un certain nombre …

 

Deux semaines de voyage

Mon matériel

La première difficulté a été le matériel. Que prendre, pour ne pas m’alourdir inutilement, tout en ayant différentes techniques à ma disposition. Je dois avouer que j’y ai beaucoup réfléchi avant, mais j’ai quand même laissé du matériel dans ma valise. Pour en savoir plus, lisez l’article que j’ai écrit sur le matériel nécessaire pour un carnet de voyage.

Ensuite, le carnet. J’ai fouillé toutes mes réserves mais aucun ne convenait (trop gros, pas assez épais…). J’ai choisi de prendre un carnet aux feuilles détachables en attendant et d’en acheter à ma première étape à Tours. C’était mal débuter mon carnet que de ne pas en avoir !

Matériel pour le carnet de voyage

 

Mes directions de travail

Mais ça m’a permis de réfléchir à la façon dont j’allais dessiner. Je préfère dessiner en direct et ne pas revenir après. Sauf quelques fois pour ajouter de la couleur ou des ombres. Clairement ça n’allait pas être possible pour les premiers jours. J’ai donc décidé de travailler en direct, mais aussi de mémoire. Parfois je dessinais aux feutres fins, parfois au crayon pour corriger et retravailler ensuite.

En fait pour certaines pages j’ai même travaillé d’après photos. Je ne suis pas adepte des photos à tout va quand je visite, je préfère les dessins ou ma mémoire. Mais là je m’en suis servis de rappel. Ce ne sont donc pas des photos artistiques, mais juste des aides mémoire (certaines sont même à contre jour ou surexposées…).

En effet, c’est parfois difficile de dessiner. Par exemple quand votre guide passe à la salle suivante, ou lorsque la grêle se met soudainement à tomber (j’ai eu le droit à des giboulées…). Et c’était très agréable le soir de me poser pour reprendre ce que j’avais commencé dans la journée.

 

La mise en page du carnet

Le fait de retravailler mes dessins m’a permis de penser à la mise en page. C’était la première fois que je réalisais un projet tel que celui là et j’ai testé différentes choses. J’ai quelques pages que j’aime moins. Certaines pour lesquelles j’aurais préféré une autre mise en page, ou technique. Par exemple, je n’apprécie pas trop le rendu avec les feutres.

Je trouve que les dernières réalisées sont les plus abouties (et ce ne sont pas forcément les dernières du carnet). En effet, à force de travailler, j’ai trouvé des codes, des hiérarchies et des manières de faire. Par exemple, j’ai un stylo gris clair qui m’a servi pour les légendes.

J’ai aussi utilisé mon expérience du sketchnoting, entre autres pour les écritures. Même si la difficulté était que le dessin prenait parfois beaucoup de place. Plusieurs fois j’ai eu du mal à trouver une place pour les titres. Comme j’ai visité beaucoup de villes et de lieux, j’ai fait des choix pour tout placer. Une ou deux pages de plus pour aérer ou décrire encore plus aurait été bénéfique sur certaines pages.

 

Une semaine de finitions

Réaliser un carnet de voyage ça prend beaucoup de temps. Déjà en tant que professeur pour des stages d’arts-plastique, j’en faisais réaliser et je laissais presque une journée pour le compléter, le mettre en page et le relier. Pour celui-ci il m’a fallu une semaine supplémentaire après mon voyage (mais je ne travaillais pas que sur ça !).

Deux raisons à cela. La première est technique. En choisissant de retravailler mes dessins, j’ai mis le double de temps pour chaque page. Mais j’aime vraiment le résultat et je pense en réaliser d’autres comme cela. La deuxième raison est personnelle. Lors d’une partie de mon voyage j’étais en famille ou avec des amis. J’ai forcement passé du temps avec eux et non sur mon carnet.

C’est donc à prendre en compte si vous vous lancez dans un carnet tel que celui-ci. Il faudra vous trouver du temps pour le réaliser !

 

Pour finir : belles pages du carnet

Quelques pages supplémentaire pour vous donner envie de vous lancer dans l’aventure. Et bientôt un article pour vous guider dans le matériel nécessaire à la réalisation d’un carnet de voyage.

 

2 réflexions au sujet de « Trois semaines pour un carnet de voyage »

  1. Merci pour tes compliments ! Et comme les carnets étaient vendus par deux, j’ai déjà celui pour le prochain voyage !

  2. Coucou,
    Je n’avais pas encore pris le temps de regarder les pages de ton carnet de croquis, c’est très chouette, ça donne envie de le lire 🙂
    Je suis bien contente de t’avoir motivée, et j’ai hâte de voir la suite !
    Chloé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez accéder, modifier ou supprimer vos données personnelles en nous contactant.