Le roi ver de terre cherche un éditeur.

Le roi ver de terre, livre pour les 5-10 ans.

Le roi ver de terre est un livre pour réfléchir sur l’absurdité de certaines lois et notamment, de l’obéissance aveugle des sujets. Je cherche un éditeur pour le publier, si vous êtes intéressé, contactez-moi.

Un roi promulgue une loi pour être aussi, voire plus rapide que ses sujets. Ceux-ci obéissent sans remettre en question le bien-fondé de la loi, et en conséquence l’équilibre du royaume se retrouve menacé. Heureusement pour le royaume et ses sujets, la nature règle finalement le problème de manière radicale.

Les illustrations sont réalisées en linogravure pour le dessin, puis scannées et colorisées numériquement. Le format allongé permet des panoramiques pour mieux observer la vie du royaume, ainsi que les nombreux sujets. La linogravure ne permet pas de repentir, néanmoins, la colorisation numérique offre une liberté quant au choix des couleurs et de leur emplacement.

un ver de terre avec une couronne se promène dans la nature

Présentation :

C’est donc l’histoire d’un roi ver de terre, heureux dans son royaume avec ses sujets insectes. Mais comme tout le monde il complexe. Et lui c’est sur sa lenteur. Comme il ne peux pas accélérer,  il décide d’interdire aux autres d’aller vite.

Ses sujets, on ne sait pas pourquoi lui obéissent. Peut -être parce qu’ils l’aiment bien,  peut-être parce que c’est le chef, ou parce qu’ils n’ont pas l’habitude de se poser des questions.

À force le royaume s’affaiblit, il n’y a plus de nourriture, et beaucoup d’insectes se retrouvent en prison. Mais le roi est heureux,  il est enfin le plus rapide.

un ver de terre avec une couronne avance en ragardant en arrière. Devant lui une toile d'araignée.

Heureusement, une toile et sa propriétaire vont remettre de l’ordre dans tout ça. La question reste de savoir si les sujets auront compris et se méfieront au prochain décret .

C’est un petit livre format à l’italienne, mais en jouant sur les marges, il rentre dans un format carré.

 

Livres d’artiste

Après mes années à Émile Cohl, j’ai passé un master livres d’artiste et édition d’art à Saint Étienne. J’en parlerai dans un article de blog plus en détail. C’était le prolongement de mes études, puisque j’y ai réalisé des livres d’artiste. J’ai pu y compléter mes apprentissages de mes années de fac d’arts plastiques et de celles d’illustrations.

J’ai réalisé plusieurs livres au cours de cette année, néanmoins, je ne vous en présenterai que trois.

 Agnès

Agnès, 2013, est un des projets de diplôme pour mon master.  Le livre se présente comme un coffret contenant six feuilles repliées. Chaque feuille dépliée mesure 23 sur 38 cm. Un exemplaire se trouve dans la collection Jacquie Barral à Saint Étienne.

Chaque feuille se déplie afin de laisser au lecteur le temps de découvrir le texte. Cela met en avant le rythme du texte. L’image apparaît à la fin, une fois le texte lu en entier. Ce n’est pas une illustration mais un élément complémentaire au texte.

Agnès est un livre qui présente une personne. Il interroge sur la notion d’identité, sur l’image que l’on renvoie et celle que l’on perçoit de soi-même. Il questionne aussi sur le fait de catégoriser les gens, fait accentué par la mondialisation. De nos jours, on se confronte à des cultures qui paraissent complètement opposées à la nôtre, alors qu’elles peuvent être semblables sous bien des aspects.

Ce livre parle aussi de la difficulté de trouver son identité quand nos origines sont multiples et changeantes. Peut-être notre identité ne se réduit-elle pas à où l’on vient, mais aussi aux endroits où l’on vit, aux personnes qu’on rencontre et à ce qu’on réalise.

Ce livre parle aussi de complémentarité entre deux personnes, de cette impression de miroir qui peut exister dans une relation. Le miroir, qui renvoie un reflet à la fois semblable et différent, ouvre sur une autre vérité.

Les couleurs utilisées sont le rouge, le jaune, le bleu, le noir et le blanc. Ce sont les couleurs de l’ancien drapeau taïwanais, le drapeau à cinq couleurs. Chaque couleur représente un des peuples qui a fondé la Chine. Ce drapeau résume les propos du livre : la multiplicité et la différence qui engendrent un tout, un pays, une personne.

 

Ferme les yeux et tu verras.

Le texte est une citation de Joseph Joubert trouvé dans une papillote. Page après page le texte apparaît puis disparaît, chaque lettre étant écrite sur une feuille de papier calque.

Deux couleurs, bleu et orange, auxquelles je reste fidèle dans mon travail. Ce livre illustre visuellement le travail de notre cerveau à chaque lecture. En effet, lorsque celui-ci lit une lettre il devine déjà les suivantes. C’est aussi un appel à la mémoire, important si on ferme les yeux, comme nous l’indique la phrase.

Livres d’artiste, Le grand livre à toucher, Le moyen livre à toucher et Le petit livre à toucher.

Ces trois livres sont composés de feuilles de papier, tissus, cartons tous blancs. J’ai utilisé une reliure japonaise. Il n’y a rien à lire, juste des pages brutes. Et comme l’indiquent les titres, le lecteur doit toucher les pages. Cela se rapporte aux livres pour les mal et non voyants comme la maison d’édition Les doigts qui rêvent. Mais aussi les prélivres de Bruno Munari, 1980.